CAPRICORNE DES MAISONS

Hylotrupes bajulusColéoptère Cerambycidae

Le traitement du capricorne des maisons comporte impérativement toutes les opérations suivantes :

 

- le sondage- le bûchage- le brossage et le dépoussiérage- le traitement en profondeur- le nettoyage et l'élimination des déchets- l'application en surface

Notons dès à présent le cas particulier du traitement contre les capricornes des maisons des fermes industrialisées, qui lui comprend :

- le sondage- le bûchage « léger »- le brossage et le dépoussiérage- le traitement en profondeur par injection au niveau des goussets d'assemblage- le nettoyage et l'élimination des déchets- l'application de surface

Le sondage des bois :

Il consiste à sonder de place en place, au moyen d'un instrument approprié, tous les élément de bois afin de déterminer les zones contaminées

Le bûchage des bois :

Le bûchage consiste à éliminer le bois vermoulu dégradé par le capricorne des maisons et à mettre à nu le bois encore résistant.

Cette opération permet :

- de contrôler l'état des pièces composant la charpente pour des raisons de sécurité- d'informer le client des différentes pièces de bois qui nécessitent l'intervention d'un « homme de l'art », pour le remplacement de celles-ci.- De faciliter au moment de l'application de surface, la pénétration du produit de préservation vers les zones à protéger (saines)

Dans certains cas (traitement de menuiseries, de voliges, de lattes ou liteaux, de parquets), le bûchage peut ne pas être effectué, ou l'être de façon plus sommaire.

Le brossage et le dépoussiérage

Le brossage consiste à éliminer la vermoulure dans les galeries creusées par les larves et mises à nu par le bûchage, vermoulure qui absorberait inutilement une partie du produit appliqué.

Le dépoussiérage permet le nettoyage de toutes les surfaces du bois afin de faciliter de la même manière la pénétration du produit.

Le traitement en profondeur du bois

Le traitement consiste à injecter un produit de préservation dans des trous percé dans le bois : ce sont des puits d'injection.

Cette opération doit être pratiquée dans tous les éléments apparemment attaqués ou non, ayant :

Pour le bois équarris, une section d'une largeur supérieure à 50 mm et un demi périmètre supérieur à 170 mm

Pour les bois ronds, un diamètre supérieur à 100mm

Les puits doivent être disposés, autant que possible, en quinconce sur le parement, ou en ligne sur les chants.

Leur nombre ne doit pas être inférieur à 3 par mètre (c'est-à-dire que la distance entre 2 puits successifs doit être au maximum de 33cm).

Ces injections doivent être prévues particulièrement au niveau des encastrements où elles seront doublées et orientées vers la maçonnerie au plus près de celle-ci, ainsi que dans les pièces au contact des murs (sablières, chevrons, chevêtre, etc...).

Les puits doivent être forés au 2/3 de l'épaisseur.

Dans le cas de fortes sections, épaisseur supérieure à 150mm et dont le demi - périmètre est supérieur à 300 mm ou le diamètre est supérieur à 300 mm, il est conseillé que les bois soient percés en quinconce sur les deux parements (profondeur des puits : ½ de l'épaisseur de la pièce de bois)

Dans le cas des poinçons et bois fissurés, les puits devront être disposés en ligne de part et d'autre des fentes.

L'introduction du produit de préservation dans les puits peut-être réalisée :

- soit par remplissages répétés- soit sous pression jusqu'à refus, à l'aide d'un matériel approprié. Les pressions élevées sont même à proscrire compte tenu de l'inflammabilité des produits utilisés et des risques de rejaillissement.

Les cas particuliers des chevrons

Pour les chevrons (pièces de bois reposant sur les pannes et supportant la toiture) ayant généralement une section dont le demi périmètre est inférieur à 170 mm, une injection à leur base est nécessaire, lorsqu'ils sont encastrés dans la maçonnerie.

Néanmoins, ces pièces de bois recevront non seulement un traitement de surface, mais aussi un traitement en profondeur sur toute leur longueur ;

- dans le cas de chevrons de rive- lorsque, comme dans certaines régions, le demi-périmètre de la section, est supérieur à 170 mm,- lorsque les chevrons de section inférieure présentent des traces d'attaques (orifices de sorties, galeries...)

L'application de surface :

Cette application de surface est obligatoire dans tous les cas, elle sera effectuée en deux temps, une première application sur toutes les surfaces des pièces de bois, suivi d'une deuxième.

Ces surfaces doivent être propres, dépoussiérées, décapées de leur finition (peinture, vernis, etc.) de manière à éviter qu'une couche imperméable nuise à la pénétration du produit. La quantité de produit sera de 250 à 350g par mètre carré de surface développée (surface développée est égale au produit de périmètre de la section par la longueur de la pièce). Dans le cas de faible épaisseur, type volige (inférieure ou égale à 15 mm), l'application de surface sur une seule face, est suffisante.

Cas du peuplier :

Le traitement en profondeur devra être réalisé lorsque les pièces de bois présentes des traces d'infestation et dégradation matérialisée (Hespérophanes, Grosse et Petit Vrillette)

Le traitement préventif contre le capricorne des maisons

Les traitements préventifs des bois de construction, après mise en œuvre, sont à effectuer selon les procédés et avec le matériel utilisés pour les traitements curatifs.

Les opérations principales à effectuer sont les suivantes :

- Le sondage : il permet de vérifier qu'il n'y a aucune trace d'attaque, même localisée- Le traitement en profondeur dans les encastrements et les pièces au contact de la maçonnerie (chevrons, solives de rive, etc.)- La double application de surface. A noter que ces surfaces doivent être propres, dépoussiérées, imperméables pour ne pas empêcher la pénétration du produit. La quantité de produit appliqué doit être de 300g par m² de surface développée de bois (la surface développée d'une pièce de bois est égale au produit du périmètre de la section par la longueur de la pièce).